LOUVRE - DNP MUSEUM LAB Actualités
LOUVRE - DNP MUSEUM LAB Actualités
  • Museum Lab Panorama
  • Tokyo - Paris : Deux LDML
Présentation organisée par :
  • LOUVRE
  • DNP
La Manufacture nationale de Sèvres d'aujourd'hui
La Manufacture nationale de Sèvres d'aujourd'huiLa Manufacture nationale de Sèvres et le Musée national de la céramique, deux services à compétence nationale du Ministère de la culture et de la communication, ont été transformés, le 1er janvier 2010, en un établissement public administratif, Sèvres – Cité de la céramique.

La Manufacture représente en Europe le dernier outil de production qui allie la logique de service public (transmission des savoir-faire, conservation de collections d’études, édition d’un patrimoine de formes et de décors, soutien à la création contemporaine au travers d’une politique d’invitation et de résidence d'artistes) à celle de production céramique dans la filière des métiers d’art (avec ses enjeux économiques et commerciaux). Conservatoire exceptionnel de savoir-faire et d’un patrimoine unique hérité de plus de 250 ans d’histoire, animée par l’implication et le professionnalisme reconnu de l’ensemble de ses ateliers de production, elle a ainsi accéléré son ressourcement et l’inscription dans son temps par l’invitation sans précédent d’artistes, designers, architectes et créateurs.

Le Musée dispose lui aussi d’un potentiel exceptionnel, grâce à la richesse de ses collections (plus de 55 000 pièces) offrant un panorama unique, quasi encyclopédique, sur l’histoire des arts du feu qui le place au premier rang mondial pour la céramique. Il mérite des espaces mieux adaptés, afin de déployer une programmation culturelle ambitieuse et variée ; il constitue l’un des atouts de développement, d’attractivité et de rayonnement du site.

Leur réunion crée les conditions d’un projet d’envergure, celui d’un pôle international de la céramique et des arts du feu disposant d’un statut adapté qui permet d’exercer les responsabilités de production, de conservation, de gestion, de diffusion, de formation, d’études, d'enrichissement et de valorisation des collections et du site.
Les dates-clef
1740
Un atelier de porcelaine tendre est fondé à Vincennes dans une tour du château royal, sous le règne de Louis XV et l’influence de madame de Pompadour.
1751
La sculpture est laissée délibérément en biscuit, sans émail et sans décor, afin de la différencier de la production polychrome de la Manufacture de Meissen, en Saxe.
1756
La Manufacture est transférée à Sèvres dans des bâtiments construits spécialement pour elle, qui abritent aujourd’hui un service de l’Éducation nationale.
1759
Louis XV place la Manufacture sous l’entier contrôle de la Couronne. Il lui confère dès lors un rayonnement européen dans le domaine de la création porcelainière.
1768
Deux chercheurs de la Manufacture, Pierre-Joseph Macquer et Robert Millot, découvrent près de Limoges le premier gisement français de kaolin, élément indispensable de la véritable porcelaine, dite porcelaine dure, commercialisée dès 1770.
1800
La Manufacture est administrée jusqu'en 1847 par le savant Alexandre Brongniart, fils de l’architecte de la Bourse de Paris, qui lui assure un essor exceptionnel. C'est à son initiative que nait, dès 1802, la collection à l'origine de la création du Musée de la céramique qui s'agrège autour de trois ensembles, les terres cuites originales qui ont servi au XVIIIe siècle à la fabrication des célèbres biscuits, les vases antiques achetés par Louis XVI à Dominique-Vivant Denon et donnés à la Manufacture pour servir de modèles, et les céramiques rassemblées lors de l'Enquête des Préfets de 1809 (chaque préfet d'une France qui englobait Turin et Maestricht devant fournir des exemples de céramique locale).
1824
Le Musée céramique et vitrique est inauguré, premier musée exclusivement consacré à la céramique et aux arts du feu, à vocation à la fois pédagogique et technique.
1876
Avec la IIIe République, la Manufacture et le Musée sont transférés dans des bâtiments construits spécialement par l’État sur un terrain de quatre hectares désenclavé du parc de Saint-Cloud et rattachés à la commune de Sèvres, qu’ils occupent aujourd’hui encore.
1900/1937
L’activité de la Manufacture gravite autour des grandes expositions universelles et internationales comme en 1900, l’exposition universelle à Paris, en 1925 celle des Arts décoratifs et, en 1937, l’exposition internationale des arts et des techniques. Georges Lechevallier-Chevignard, directeur de 1920 à 1938, obtient en 1927 l'autonomie financière pour la Manufacture, tandis que le Musée est rattaché à la conservation du Musée du Louvre, en 1934.
1963
Henry-Pierre Fourest, conservateur du Musée national de la céramique accomplît une véritable renaissance du Musée ; outre l'ouverture de nombreuses salles, il publie les Cahiers de la Céramique et organise d'importantes expositions.
1964/1975
L’activité de la Manufacture amorce radicalement le tournant de la modernité, qui investit l’ensemble de la production, sous la direction de Serge Gauthier.
Aujourd'hui
La production de porcelaine a renoué avec la création la plus contemporaine du XXIe siècle. De tous temps, plasticiens et designers - depuis Boucher, Duplessis, Falconet au XVIIIe siècle, Carrier-Belleuse, Rodin au XIXe siècle, en passant par Ruhlmann dans les années 1930, Calder, Poliakoff dans les années 50/60, et plus récemment Pierre Alechinsky, Zao Wou-ki, Jean-Luc Vilmouth, Louise Bourgeois, Fabrice Hyber, Yayoi Kusama, Ettore Sottsass, Pierre Soulages, Pierre Charpin ont enrichi le répertoire de formes et de décors à Sèvres.

Les collections du Musée se sont considérablement accrues, notamment pour la période contemporaine, grâce à une nouvelle politique d’acquisition.

Sèvres – Cité de la céramique comprend aujourd’hui, avec son équipe de conservation, quelque 200 agents dont 130 céramistes agents de l’État formés spécifiquement pendant trois ans au Centre de formation interne. Ils sont répartis dans 27 ateliers, exercent une trentaine de métiers différents et produisent quelques milliers de pièces chaque année. 25 % de la production de porcelaine est attribué aux grands corps de l’État (Palais de l’Elysée, Hôtel Matignon…) ; l’autre partie est commercialisée dans ses deux galeries à Sèvres et à Paris.

Table d'apparat dressée au Ministère des affaires étrangères, porcelaine de Sèvres Table d'apparat dressée au Ministère des affaires étrangères, porcelaine de Sèvres
(C) Manolo Mylonas / Sèvres – Cité de la Céramique
Atelier de brunissage Atelier de brunissage
(C) Manolo Mylonas / Sèvres – Cité de la Céramique
Bâtiment de la production Bâtiment de la production
(C) Manolo Mylonas / Sèvres – Cité de la Céramique
Sèvres - Cité de la céramique Sèvres - Cité de la céramique
(C) Manolo Mylonas / Sèvres – Cité de la Céramique
Salle des couleurs Salle des couleurs
(C) Nicolas Héron / Sèvres – Cité de la Céramique
Réserve du Magot Réserve du Magot
(C) Nicolas Héron / Sèvres – Cité de la Céramique
Fabrication de la pâte de porcelaine au moulin Fabrication de la pâte de porcelaine au moulin
(C) Nicolas Héron /Sèvres – Cité de la Céramique
Servres CITE CERAMIQUE
Retourner à la Première page de la 'Post Visite'
Haut de page
L'utilisation ou la reproduction de ces images sans autorisation est strictement interdite.
©2013 Louvre - DNP Museum Lab